Dijon: d’un squat à l’autre

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci des squats pour les migrants, des messages de soutien aux Kurdes, des très grosses fresques et comme toujours des violences policières.

D’un squat à l’autre

C’est un des gros dossiers de la rentrée : le squat de la CPAM, ouvert en octobre 2018 a été expulsé le 9 septembre. Après une mobilisation des 80 personnes expulsées et de leurs soutiens, la mairie a fini par concéder un terrain en bordure la ville. Terrain vague coincé entre une chaufferie et la rocade, balayé par les vents, sans infrastructure en dur, cette solution ne pouvait être que temporaire. Après quelques semaines de mobilisations mouvementées, une solution plus pérenne, puisqu’elle devrait tenir au moins le temps de l’hiver, a été trouvée avec l’ouverture d’un nouveau squat rue Henri Becquerel.
Fil rouge de ces deux occupations : la Société Est Métropole et son directeur général Thierry Coursin magnat de l’immobilier propriétaire des deux bâtiments succesivement occupés (et de combien d’autres laissés vides alors que certains dorment dehors ?)
À noter qu’une Semaine Sans Frontières aura lieu du 13 au 16 novembre dans plusieurs lieux dijonnais, dont le squat de la rue Henri Becquerel. Au programme des projections, des discussions avec des collectifs parisienns de défense des personnes migrantes, et des moments de fête.

Fête des Lentillères

La fête d’automne du quartier libre des Lentillères avait lieu pendant le week-end du 11 au 13 octobre. Un week-end de fête au quartier, mais aussi une manif, le samedi après-midi au centre-ville.
Une fois parties les banderoles et pancartes, des affiches collées le long du cortège – celles qui ont échappé au nettoyage express d’après manif’ – ont pu témoigner pendant un ou deux jours de plus qu’il s’était passé quelque chose dans ce morne centre-ville : celui-ci avait été traversé par autre chose que des marchandises et des consommateurs.

Aux alentours du quartier, les marchandises, ou du moins leurs réclames, ont la vie dure. Les panneaux de pub s’y font de plus en plus rare et ceux qui restent ont pris de nouvelles couleurs. Depuis peu, l’un d’entre eux, dans un style à mi-chemin entre les aplats de couleur de Rothko et le détournement situationniste incite maintenant à la consommation de Lentilles, tandis que l’ont distingue en arrière-plan le panneau d’entrée des Lentillères qui remplace un ancien encart publicitaire découpé à la disqueuse deux ans auparavant pendant une fête de printemps.


Squat rue Henri Becquerel
11 rue Henri Becquerel
21000 Dijon
https://squ.at/r/7dox

Semaine Sans Frontières
sansfrontieres-dijon [at] riseup [point] net
https://squ.at/r/7gus

Quartier Libre des Lentillères
39 au 45 rue Philippe Guignard
21000 Dijon
tierraylibertad [at] potager [point] org
https://squ.at/r/qjt
https://lentilleres.potager.org/

Des squats à Dijon https://radar.squat.net/fr/groups/city/dijon/squated/squat
Des groupes (centres sociaux, collectifs, squats) à Dijon https://radar.squat.net/fr/groups/city/dijon
Des événements à Dijon https://radar.squat.net/fr/events/city/Dijon

Les sans papiers https://radar.squat.net/fr/groups/topic/sans-papiers


[Extrait d’Errance Urbaine #12 – Septembre octobre 2019, publié le 9 novembre 2019 sur Dijoncter.]