Saint-Girons (09): L’eau au Palmier, communiqué

Le_Palmier_59_Avenue_Maréchal_Foch_Saint_Girons

Le Syndicat des Eaux du Couserans (Ariège) refuse le raccordement à l’eau potable à une partie des habitants de Saint Girons.

Le Palmier, pourquoi ?

En décembre 2012, des habitants de la ville de Saint Girons prennent l’initiative d’investir la maison dite «Le Palmier» appartenant à la communauté de commune et laissée vacante depuis une quinzaine d’années environ.

« Quand la mairie de Saint-Girons atteint des records nationaux en matière de pauvreté et de difficulté de se loger dignement avec de faibles revenus (INSEE 2010); quand celle-ci répète, à qui lui pose la question, qu’elle n’a pas de salle à fournir aux associations locales ou aux particuliers ; quand ces deux problèmes se répètent indéfiniment sans qu’aucun début de solution ou de débat ne soit proposé ou mis en œuvre, est-il illégitime de se servir des locaux vacants que finalement cette commune possède ? » Read More

Saint-Girons (09): Le Palmier, maison occupée depuis décembre 2012

Le_Palmier_59_Avenue_du_Maréchal_Foch_Saint_Girons

Le Palmier est une maison occupée depuis décembre 2012, appartenant à la communauté de communes et laissée à l’abandon depuis de nombreuses années.

Le 18 de chaque mois, une assemblée ouverte à tous permet d’organiser différentes activités. Pour le moment, une partie de la maison est habitée et le lieu s’ouvre uniquement pendant les initiatives.

Avec cette pratique de réapropriation des espaces urbains, on revendique le droit d’habiter, de se rencontrer pour concrétiser un rêve de société « libre et juste » tout en améliorant en même temps nos quotidiens. Read More

Saint-Girons (09): Expulsion de l’Allantvers !

Le mercredi 10 octobre, tôt le matin, l’Allantvers a été expulsé. Occupé sans droit ni titre depuis le 20 juin, l’Allantvers, situé rue de la République à St-Girons, était un espace auto-organisé, fondé sur l’entraide, la coopération et l’autonomie par rapport aux institutions en place. S’y déroulaient des activités culturelles régulières (un ciné-club et une chorale hebdomadaire), des soirées thématiques (sur le mouvement des chômeurs en Argentine, les occupations de terres en Ariège, la crise financière, etc.), des activités sociales (participation au collectif CAFCA, hébergements ponctuels). C’était aussi un lieu où l’on pouvait entrer librement et s’asseoir prendre un café, lire les journaux ou des brochures, croiser des têtes connues d’autres vallées ou faire ces rencontres qui nous font sortir de l’isolement. Read More

Ariège : A Baluet, ça s’organise pour résister…

INFOS BALUTINES

Bulldozer à Baluet

Fin août nous avons eu la visite d’un des propriétaires de Baluet (celui qui possède la moitié de la partie indivisible). D’après le maire de Clermont, il se vantait de tout détruire là-haut. D’après lui toujours, tout le monde sait bien au village que ce même propriétaire était bien content de nous voir à Baluet pendant quatre ans. Il nous a défoncé des clôtures, libérant ainsi des animaux, est passé sur un champ cultivé et a défoncé un portail. Tout ceci a été pris en photo et nous avons fait monter la gendarmerie afin de le calmer sans nous mettre hors la loi. Celle-ci n’a pas pu s’empêcher de faire un constat sur les bâtiments rénovés sans adresser de « demande de travaux » à la mairie. Read More

Tags:

Ariège : Baluet, un squat rural menacé d’expulsion

21 août 2003

Il fait chaud, ça maçonne, jardine, cuisine, discute, comme d’ab. Mais le doute s’immisce parfois dans nos cours. Quels sont nos priorités, nos moyens ?

Pour celles et ceux qui ont déjà eu l’occasion de lire le précédent article de Baluet rappelant brièvement notre histoire et les problématiques sociales et politiques soulevées pendant quatre années d’occupation de terres en friche et de ruines restaurées, il est inutile de reparler de nos problèmes de procès avec les propriétaires des lieux. Ceux-ci ayant détruit leurs maisons et abandonné à la friche leur patrimoine pendant plus de trente ans nous avaient promis un bail ou une vente le plus rapidement possible pour, finalement, au bout de quatre années d’installation nous expulser. Read More

Tags: