Athènes (Grèce): la solidarité vient frapper aux vitres des partis au pouvoir

anarchy-symbol-i

Suite de la chronologie des attaques qui ont été revendiquées en réponse à l’opération répressive de l’Etat grec contre les espaces d’auto-organisation et de solidarité dans les premières heures du 27 juillet 2016 à Thessalonique :

– Athènes, 28 juillet : les vitres des locaux de SYRIZA de ‘Ano Petralona’ sont détruites. L’attaque est revendiquée sur Indymedia-Athènes.

– Athènes, 28 juillet : attaque aux cocktails molotov des bâtards en uniforme de l’OPKE (forces spéciales) et des flics anti-émeutes (MAT) qui stationnaient rue ‘Voulgaroktonou’ dans le quartier d’Exarchia. Attaque revendiquée sur Indymedia-Athènes par « Initiative d’anarchistes ».

– Athènes, nuit du 31 juillet au lundi 1er août : interventions anarchistes à coups de marteaux, de pavés et de peinture contre 11 locaux de SYRIZA dans les quartiers suivants : Exarchia, Dafni, Ilion, Haidari, Kipseli, Vironas, Kesariani, Tavros, Holargos, Kallithea et Ano Patissia.
Et contre les bureaux de « Neo Demokratia » à ‘Nea Ionia’ et à ‘Agia Paraskevi’. Attaque revendiquée sur Indymedia-Athènes.

– Athènes, 1er août : attaque incendiaire aux cocktails molotov du siège central du parti de coalition au gouvernement avec SYRIZA, l’ANEL (« Les grecs indépendants / Neo Demokratia »), situé dans le secteur de Kallithea. Attaque revendiquée par « des anarchistes de Kallithea ».

– Athènes, 2 août : attaque à la peinture de deux églises. Ci-dessous, le communiqué de revendication (ici en grec):

Dans les premières heures du mardi 2 août 2016, nous avons jeté de la peinture sur les églises « Agiou Vasiliou » de la rue ‘Bouboulinas’ à Exarchia et « Zoodohou Pigis » de la rue ‘Akadimias’. Nous avons mené l’action en raison de l’expulsion de trois squats à Thessalonique et la démolition de l’orphelinat squatté sur décision de ‘Anthimos’ (évêque de la métropole de Thessalonique), au cours desquelles 74 personnes ont été arrêtées.
Le gouvernement de gauche humanitariste tente d’attaquer les structures auto-organisées de solidarité avec comme objectif d’envoyer les migrants dans des camps de rétention « hotspots », c’est la solution proposée par le gouvernement SYRIZA-ANEL accompagnée de répression brutale, de manque de soins médicaux et de morts (SOFTEX).
Vous nous appelez vandales ?
Que sont donc alors ‘Anthimos’ et les chiens de l’État qui rasent l’orphelinat ?
Vous devriez savoir que nous resterons solidaires avec quiconque qui lutte pour la liberté et l’auto-organisation.
Nous serons toujours contre l’État et l’Église !
Bas les pattes des squats !
Feu aux camps de rétention !
Groupe anarchiste « Flamme noire »

– Berne (Suisse), 3 août: la porte d’entrée de l’ambassade grecque a été recouverte de peinture en solidarité avec les migrants et les squatteurs poursuivis par l’État. « Notre amour de la liberté est plus fort que toute répression » sont les derniers mots du communiqué publié sur Indymedia-Suisse.

– Athènes, 6 août : un engin incendiaire est déposé devant le monastère Saint-Nicolas. L’action, revendiquée sur Indymedia-Athènes, a été réalisée “comme réponse aux expulsions et comme une contribution à l’appel au Juillet noir par les compagnon-nes  de la Rigaer94 en Allemagne.” […]

Par ailleurs, mercredi 3 août, le jugement du tribunal contre cinq squatteurs de ‘Orfanotrofeo’ est tombée : les quatre amis originaires de Suède et un de Grèce ont été condamnés à 3 ans de prison avec sursis dont 10 mois ferme, c’est-à-dire qu’ils devront faire 10 mois en prison durant les trois années que durent la peine. Ils pourront échapper la peine s’ils payent 4200 euros par personne. De plus, les frais de justice vont de 200 à 400 euros par personne. Les avocats sont solidaires et ne veulent pas d’argent. Montrez-vous solidaires !

[Traduction par le Chat Noir Émeutier des textes grecs via l’allemand de Aus dem Herzen der Festung et l’anglais de Act for Freedom Now.]