Medellín (Colombie): une opération d’expulsion mise en échec par les habitant-e-s d’un quartier pauvre de Bello

2017-01-12_Medellin_Bello_disturbiosNuevaJerusalen

À Bello, en banlieue nord de Medellín, le jeudi 12 janvier 2017, selon divers médias mainstream colombiens, huit personnes ont été blessées par la police lors d’une opération d’expulsion de logements squattés visant environ 175 familles dans le quartier de Nueva Jerusalén (et trois flics auraient été blessés).

La police n’a pas pu effectuer son sale boulot dans le calme: des habitant-e-s du quartier ne se sont pas laissé faire et des affrontements ont eu lieu. Cette résistance n’a pas été vaine puisqu’elle a permis d’annuler la journée d’opération d’expulsion (surtout que l’expulsion devait être suivie de la démolition des logements expulsés).

Sur les 175 familles menacées (depuis quatre ans pour la plupart), 24 auraient signé un accord avec les autorités locales pour partir d’elles-mêmes.

Ce jour-là, malgré les grenades lacrymogènes, les flashballs et les coups de matraque, aucun logement n’a été expulsé. Selon le général Óscar Antonio Gómez Heredia lui-même, commandant de la Policía Metropolitana del Valle de Aburrá, l’opération prévue n’a pas pu avoir lieu, à cause de « la résistance d’environ 2 000 personnes qui ont empêché l’expulsion des familles ».

Mais les jours suivants, les flics sont revenus. Et le lundi 16 janvier, cinquième jour consécutif à essayer d’expulser une partie des logements visés par l’opération, les flics étaient plus nombreux et déterminés, avec cette fois, en plus des effectifs de police habituels: les flics anti-émeute de l’Esmad et les Carabineros, avec canon à eau et hélicoptère !

Des affrontements ont eu lieu à nouveau, faisant une vingtaine de blessé-e-s parmi les habitant-e-s du quartier. Mais cette fois encore, aucun logement n’a été expulsé, les flics ne pouvant que se contenter de déblayer certains accès des barricades les empêchant d’avancer.

Quoi qu’il arrive, face au pouvoir, la lutte et la solidarité sont nos meilleurs outils.

[Sources: Caracol 1 & 2 | El Colombiano 1 & 2 | La FM.]