Thessalonique: Communiqué du squat Libertatia et appel à manifester suite à l’incendie du squat par les fachos

Aujourd’hui dimanche 21 janvier, vers 13h30 et juste avant le rassemblement nationaliste pour la Macédoine (conflit de longue date qui oppose l’État Grec et l’État Macédonien pour le nom officiel de ce dernier), des groupes fascistes y participant ont commencé à attaquer les espaces occupés. D’abord ils ont attaqué le centre social autonome l’École et après avoir été repoussés, ils se sont alors approchés de notre squat endommageant la façade et la clôture. Les dommages ont été restaurés directement par les membres de notre groupe, qui se sont ensuite rendu à Kamara pour renforcer le rassemblement antinationaliste. Environ deux heures plus tard, un groupe de 60-70 fascistes a attaqué notre squat avec des cocktails Molotov et des fumigènes, provoquant un incendie. A ce moment, il n’y avait personne dans le bâtiment car on était au rassemblement à Kamara. Tout au long de l’attaque, en dehors du squat, il y avait des flics en civil et un camion de CRS garé à côté, qui ont couvert l’attaque sans intervenir. Les voisins ont réagi en sortant aux balcons et criant contre les fascistes, qui à leur tour ont répondu avec des insultes et en lançant des fumigènes contre eux. Quand les fascistes ont tenté de s’approcher à nouveau du centre social « l’École », la police a réagi de la même façon, couvrant le fascistes et isolant les camarades qui se trouvaient à l’intérieur du bâtiment.

Que ce soit clair pour tout le monde, ces attaques et l’incendie de l’immeuble ne pourraient se faire sans la « couverture » qu’offrait le rassemblement pour la Macédoine ; les fachos s’y sont rendus et en sont revenus. Tous les groupes de nazis et d’extrême droite ont appelé à renforcer ce rassemblement mais personne ne se souciait de ce fait, en leur offrant une légitimité sociale et l’espace public nécessaires pour qu’ils s’expriment et agissent. Nous savons très bien que dans d’autres conditions tout cela ne pouvait se faire ; que chacun ré-examine donc son attitude envers le fascisme. Ces actions de ces groupes para-étatiques complètent la répression étatique contre ceux qui résistent et luttent pour quelque chose de mieux. Que chacun réfléchisse à qui profite l’incendie d’un immeuble avec plus d’un siècle d’histoire et qui était abandonné pendant des décennies. Un bâtiment que nous, en tant qu’anarchistes, communistes libertaires et révolutionnaires avons décidé d’occuper et de préserver, à la fois pour répondre à des besoins de logement pour les prolétaires, les migrants et les personnes attaquées par l’État et le capitalisme et aussi pour créer un espace politique radical et pour promouvoir une nouvelle culture libertaire. Il doit être clair qu’il s’agit d’un acte criminel qui pourrait avoir une fin tragique, c’est à dire des morts.

Ces attaques n’arrêteront pas notre lutte contre l’État, le capital et le fascisme. Aucune attaque ne nous intimidera. Nous continuerons à lutter pour nos idéaux, pour une société d’égalité et de liberté, avec une conscience en acier.

Les attaques fascistes ne resteront pas sans réponse. Construisons des barricades contre la menace fasciste pour l’anarchie et le communisme libertaire

Manif le lundi 22/01 à 18h, départ devant le squat Libertatia.

Libertatia, groupe pour le communisme libertaire
https://libertatiasquat.blogspot.com/

Communiqué du 21 janvier 2018 par le squat Libertatia, publié en français le 25 janvier par le Pressoir.