Zürich: une autre maison vide occupée

Aujourd’hui, mercredi 22 avril, une autre maison vide a été occupée à Zurich pour offrir aux personnes précaires un logement sûr et une protection contre le virus corona.

La semaine dernière déjà, des personnes proches de nous étaient occupées à atteindre le même objectif. Toutefois, beaucoup de choses n’ont pas changé depuis lors et nos préoccupations demeurent donc. L’état d’urgence frappe encore plus durement ceux pour qui les circonstances étaient déjà difficiles auparavant. Car beaucoup se réjouissent actuellement de l’assouplissement imminent des mesures, se sont isolés ou lancent des phrases de théorie darwiniste sociale ou de conspiration. Les derniers ragots du personnel infirmier se sont calmés et la barrière des cadeaux est vide. Le mot « solidarité » est laissé comme le mot vide en lequel il a dégénéré. Mais il y a encore des gens parmi nous pour qui le confinement a entraîné un stress constant et qui n’ont pas été en mesure de faire face au virus à notre manière, comme le reste d’entre nous. Aux personnes qui ont échappé aux mesures coercitives jusqu’à présent, mais qui ont plus que jamais des difficultés, notre solidarité vous appartient. Une solidarité concrète. Read More

Zürich: des nouvelles des nouveaux squats à Altstetten

Le jeudi, nous avons occupé quatre maisons à Zurich Altstetten. Cette action est un signe de solidarité inclusive. Bientôt, la première maison sera remise à des personnes qui sont constamment exclues de la société et oubliées. La situation actuelle varie d’une maison à l’autre. Nous avons connu des réactions de solidarité de la part des propriétaires, ainsi que de l’incompréhension et du rejet.

On nous demande souvent pourquoi nous occupons et ne choisissons pas la voie « légale » :

1. nous défendons le fait que tout le monde peut vivre de manière autodéterminée. Ils peuvent décider eux-mêmes où, comment et avec qui ils vivent. Nous avons occupé ces maisons afin d’occuper notre privilège de partager avec des personnes qui ne peuvent le faire elles-mêmes en raison de la répression. Read More

Zürich: nous avons occupé quatre maisons à Altstetten

Comme toute urgence, celle-ci frappe le plus durement celles et ceux pour qui les circonstances étaient déjà difficiles auparavant.

Afin de protéger la population, le Conseil fédéral appelle chacun.e à rester chez soi par solidarité. Alors que la majorité des Suisses ont le privilège de pouvoir se retirer dans une maison, celles et ceux qui ne le peuvent pas sont laissé.es dehors dans le froid. Certaines personnes n’ont pas de papiers, leurs droits sont bafoués. Ces personnes sont illégales, isolées et ignorées. Beaucoup d’entre elles sont enfermées dans des espaces confinés dans des centres dits d’asile, dans des prisons et des camps. Leur liberté et leur autodétermination leur sont refusées. Une fois de plus, d’autres personnes sont « tombées entre les mailles du filet » – elles n’ont pas leur place dans la méritocratie. Notre société accepte la mort prématurée de toutes ces personnes, car les mesures de protection ne semblent pas s’appliquer à elles. Cette situation était déjà intolérable avant le Coronavirus. Il est maintenant encore plus clair que cela ne peut pas continuer ainsi pendant une journée. Read More