Berlin: « nous continuerons à occuper…

…jusqu’à ce que nous n’ayons plus à le faire », écrivions-nous toujours. En cas de « catastrophe », cette formulation peut être complétée par un appel : « Vous devez participer !

Covid-19 envahit de plus en plus de régions du monde et il devient évident que la soi-disant catastrophe est la règle. Car là où les gens sont appelés par le soi-disant nécessaire et strict État père à « rester à la maison », tout le monde n’a pas de foyer. Comme si cela ne suffisait pas, l’État lui-même a longtemps fait augmenter le nombre de sans-abri en les expulsant. Dans le même temps, il ferme ses centres d’accueil de jour, dont les sans-abri ont besoin pour le pain de miséricorde, d’un peu d’eau et de savon. Dans son double standard effronté, il nous exhorte ensuite de façon patriarcale : « Attention à l’hygiène! »

« Évitez les contacts sociaux », nous demandent les gouvernements. Mais où les sans-papiers devraient-ils se replier lorsqu’ils sont entassés dans des camps et des prisons de déportation aux frontières extérieures de l’Europe et dans la périphérie allemande ? Avec les droits de l’homme – tels que l’asile, la liberté de mouvement et le logement – ils ont également été privés de la possibilité de se protéger efficacement contre le Covid-19. Read More

Athènes: Anti-Covid19, réseau pour l’aide mutuelle et la lutte

Dans les conditions sociales sans précédent dans lesquelles nous vivons, le corona virus se répandant a imposé une dimension critique pour l’assurance maladie et les modes de production capitalistes en même temps que l’organisation sociale en général. Pour que le système survive, l’état et les patrons implémentent des politiques totalitaires accompagnées d’un affaissement supplémentaire de nos vies. Read More

Bruxelles: chasse aux sans-papiers, verbalisation des soutiens

Aujourd’hui 19 mars, au parc Maximilien, a eu lieu la dispersion de centaines de personnes attendant peut-être l’unique repas chaud de la journée. Quelles sont les solutions proposées par les autorités pour faire face à cela ? S’il est interdit de se rassembler dans un espace extérieur pour la distribution, que reste-t-il ?

Des personnes de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés Bruxelles et de la cuisine solidaire Zig Zag ont reçu des amendes pour avoir « créé un attroupement » lors de la distribution du repas aujourd’hui au parc Maximilien.

Besoin de soutien juridique et de pression médiatique pour créer un cadre sécurisé et serein pour que la solidarité quotidienne puisse se dérouler dans de bonnes conditions.

L’acharnement dont font preuves les policiers contre toutes formes de soutien aux personnes migrantes doit cesser au plus vite. Elle est belle l’hypocrisie de nos gouvernements qui appellent à la solidarité alors qu’ils sont responsables de la casse sociale et du sous-financement des hôpitaux publics. Read More