Lyon: communiqué de l’intersquats sur la situation en cette période de crise sanitaire

Point sur la situation des squats en période de crise sanitaire.

Depuis des années des squats sont ouverts pour faire face à des situations inhumaines. Nous, habitant.e.s des squats et militant.e.s-soutiens, revendiquons le fait de mettre actuellement à l’abri plus de 1 000 personnes à Lyon et dans ses environs.

Le gouvernement a annoncé la réquisition de 2 000 chambres d’hôtel pour toute la France alors qu’à Lyon seulement, 9000 places seraient nécessaires pour loger les sans-abri.

Dès les premières alertes gouvernementales concernant l’épidémie, les squats ont réagi : diffusions d’informations, explications et affichage des gestes barrières, diffusion des attestations, achat et installation des produits d’hygiène nécessaires à la lutte contre propagation du virus. Ensemble, nous avons organisé leur approvisionnement en denrées alimentaires. Tout cela grâce à la convergence des solidarités. Encore actuellement, la santé des habitants repose essentiellement sur la veille collective des habitants. Read More

Lyon: Rassemblement pour le squat de l’ancien collège Maurice Scève

Pour protester contre la situation inacceptable des personnes vivant actuellement au Collège Maurice Scève, nous, Collectif de soutien aux habitants de l’ancien Collège Maurice Scève, appelons à un rassemblement le lundi 18 mars à 17h30 devant la Métropole (20 rue du Lac), à l’occasion du prochain conseil métropolitain, avec le Collectif « Mineurs isolés étrangers » créé par des travailleurs et travailleuses sociales et des militant.e.s de RESF, et avec les Collectifs de l’Amphi Z, de la Trappe et de la Maison Mandela. On revient ici sur l’histoire du lieu et la situation actuelle.

Des dizaines de jeunes migrants à la rue : Métropole et Préfecture hors la loi

Dès cet été, en pleine canicule, des dizaines de mineurs isolés et de jeunes majeurs étrangers, ont été laissés à la rue par les institutions. Pourtant, les mineurs isolés devraient être mis à l’abri et accompagnés par la Métropole de Lyon au titre de la protection de l’Enfance (logement, éducation, nourriture et santé), d’autant plus qu’elle possède sur son vaste territoire des dizaines de locaux vacants pouvant les accueillir. Les jeunes majeurs, dans le cadre de la demande d’asile déposée auprès de la préfecture, devraient avoir accès à un hébergement.
Seule la mairie du 1er arrondissement avait fait un geste pour les accueillir en ouvrant du 20 juillet au 31 août une salle municipale de sa compétence : la « Marmite », rue Diderot, pour en faire un « lieu de répit ». Mais à la reprise des activités associatives début septembre, les jeunes se sont à nouveau trouvés à la rue ! Read More