Nairobi (Kenya): affrontements lors d’une opération de démolition de logements dans le quartier de Mathare

Tôt dans la matinée du mardi 23 juillet 2019, des habitant-e-s du quartier de Mathare, dans la capitale kenyane, se sont opposé à une opération de démolition de logements menée par la police.

Les flics sont arrivés dans la nuit, et face à l’insoumission des habitant·e·s, ils ont balancé les premières grenades lacrymogènes vers 4 heures du matin, déclenchant une émeute dans le quartier. Read More

Nandi (Kenya): 300 000 squatters poussé-e-s à légaliser leur situation…

Au moins 300 000 habitant-e-s du district de Nandi, au Kenya, logent sans aucun document officiel et de fait squattent, parfois depuis une cinquantaine d’années…

La plupart vivent sur les anciens White Highlands, terrains colonisés durant la première moitié du XXe siècle, pendant la période du colonialisme britannique en Afrique de l’est (le Kenya obtiendra son indépendance en 1963). Les White Highlands sont nommés ainsi car la colonisation était le fait de Britanniques blancs (whites). Read More

Tags: ,

Naivasha (Kenya): Des représentants des autorités sont chassés par la population suite à l’expulsion de plusieurs dizaines de personnes…

Vendredi 26 juillet 2013, la police, accompagnée d’hommes de main payés pour l’occasion, a expulsé plusieurs dizaines de Maasai qui vivaient sur une parcelle d’un terrain fermier de Ng’ati, à Naivasha.
Dans la matinée, les flics armés de la Rapid Deployment Unit [service de police d’intervention d’urgence] ont démoli plusieurs maisons et mis le feu à d’autres, sous le regard impuissant des habitant-e-s. Read More

Nakuru (Kenya): Expulsion massive de locataires, résistance et émeutes… la police tue deux personnes

D’après différents articles publiés en anglais dans la presse kényane, deux personnes ont été tuées par la police et plusieurs autres blessées les 1er et 2 septembre derniers lors d’émeutes qui ont embrasé la ville de Nakuru.

Environ 2 000 personnes étaient menacées d’expulsion locative, la plupart d’entre elles ont résisté à l’expulsion menée par la police. Les arriérés de paiement de loyers justifiant l’expulsion représentent en tout 175 millions de shillings kényans.

Suite aux affrontements, de nombreux blessés ont été emmenés à l’hôpital Rift Valley Provincial. Un véhicule appartenant au conseil municipal de Nakuru a été incendié, au moins six policiers ont été blessés suite aux caillassages des émeutier-e-s, qui ont aussi bloqué et barricadé plusieurs routes (la Moi road a notamment été bloquée, ce qui obligeait la police a escorté les touristes pour que ceux-ci puissent visiter sereinement le Nakuru National Park…). Une salle de conférence du conseil municipal située sur Kanu Street a été saccagée et diverses vitrines ont été brisées. Read More