Lecce: Découverte d’un micro espion à la Bibliothèque Anarchiste Disordine

Il y a peu de certitudes dans la vie. Outre la mort, pour les anarchistes c’est d’être surveillé-e-s, espionné-e-s, vidéo-surveillé-e-s et constamment écouté-e-s.
En partant de cette certitude, vous vous comportez par conséquent, prendre toutes les mesures nécessaires. Mais il y a des moments vous remarquez quelque chose d’étrange, et vous décidez d’aller plus loin, pour optimiser leur propre certitude.
C’est pourquoi une nuit nous avons décidé de donner un contrôle plus approfondi aux salles de notre bureau anarchiste, et nous avons trouvé de quoi il s’agissait, peut-être un micro espion, à l’intérieur d’une prise électrique, bien qu’elle n’était pas connectée au réseau.
Son fonctionnement précis ne fonctionne pas c’était clair pour nous : ou elle contenait une carte SIM, par laquelle les curieux pouvaient entrer en contact et écouter les discours de quelqu’un d’autre, ou une batterie d’alimentation. À une extrémité était lisible le sigle ABG. Read More

Italie: des nouvelles des compagnons en prison

Prisonniers de l’opération répressive de Firenze (résumé depuis Croce Nera Anarchica / vendredi 25 août 2017):

L’audience pour la demande de mise en liberté du compagnon anarchiste Salvatore Vespertino a été renvoyée au 6 septembre. Entretemps on sait, via des lettres, que Salvatore demande qu’on lui envoie des textes anarchistes et nous informe que les livres avec couverture rigide ne passent pas. Il dit qu’il va bien et qu’il a la pêche. Read More

Italie: répression d’été

Suite aux perquisitions et arrestations du 3 août à Florence, Lecce et Rome, un article de la Croce Nera Anarchica annonce que six des huit personnes arrêtées ont été libérées le 5 août après être passées devant le juge pour l’audience de confirmation des arrestations. Deux restent dans les mains de l’ennemi : Salvatore et Pierloreto. Read More

Italie: perquises, expulsions et arrestations dans le cadre d’une procédure antiterroriste

Au petit matin, ce jeudi 3 août 2017, les flics ont défoncé les portes de plusieurs maisons (occupées ou louées), à Florence, Rome et Lecce, pour arrêter huit compagnons et compagnonnes anarchistes de Florence.

Selon la presse, il s’agit du résultat de l’enquête menée par la DIGOS et l’antiterro, pour deux épisodes. Le premier, un engin explosif déposé devant une librairie liée à Casapound (groupe d’extrême droite) pendant la nuit du nouvel an dernier, où le flic-artificier a perdu une main et un œil au cours de l’opération de déminage. Le second pour le jet d’un cocktail Molotov contre une caserne des carabinieri (gendarmes) à Rovezzano (Florence) le 21 avril dernier. Read More