Gap (05): la Maison Cézanne, c’est (pas vraiment) fini… Appel à soutien pour rebondir

Le 9 août 2018, le juge d’application des peines de Gap a refusé le délai demandé concernant l’expulsion de la maison Cézanne.

Vingt personnes sont actuellement en train d’attendre les forces de l’ordre qui viendront on ne sait quand vider la maison ouverte en 2016.

Suite à cette décision, les habitant·es et le collectif de soutien se sont concertés dans l’urgence. N’ayant pas d’autres solutions, les habitant·es ont décidé de rester jusqu’à l’expulsion.

Read More

Gap (05): délibéré du procès ce jour… aucun délai accordé à la Maison Cézanne

Vingt personnes risquent de se retrouver à la rue dès ce soir.

La préfète Mme Bigot-Dekayzer semble bien décidée à appliquer cette décision rapidement, aucune proposition de relogement n’a été faite, l’expulsion de ce lieu d’habitation qui existe depuis 2016 est encore une preuve du désengagement de l’État [Note de Squat!net: ??? L’État semble pourtant bien engagé, comme à son habitude, dans la répression de l’immigration « illégale ». Son but n’a jamais été d’en finir avec les frontières et la propriété…] et de ses pratiques inhumaines et dégradantes face aux exilé·e·s.

Gap (05) : Rassemblement jeudi 9 août sur le parvis du Tribunal pour défendre la maison Cézanne

Rendez-vous le 9 août à 10:40 devant le Tribunal de Gap  (Hautes Alpes) : dernière tentative de demande de délai avant expulsion.

Après plus de deux ans d’existence, la maison Cézanne ouverte en 2016 par le collectif « Un Toit un Droit » est officiellement expulsable depuis le 23 juillet 2018. Une dernière tentative légale de demande de délai supplémentaire a été déposée pour éviter à vingt personnes de se retrouver à la rue.

Ces personnes devraient, selon le droit français, être accueillies soit par le 115 pour les personnes en procédure Dublin ; soit en CADA (Centre d’Accueil de Demandeur-ses d’Asile) pour les personnes en procédure normale. Dans les faits, aucune structure institutionnelle n’a répondu à leur demande d’hébergement. Des attestations ont été fournies par le 115 de Gap, à chaque habitant de la maison Cézanne, pour leur signifier leur incapacité à proposer une solution d’hébergement. Read More

Gap (05) : Communiqué et soirée de soutien à la maison Cézanne

Des gens sont à la rue.

Une maison va être détruite… pour une opération immobilière !

Oui, la maison Cézanne va fermer. Pourtant, elle accueille encore aujourd’hui une vingtaine de personnes exilées, des demandeurs d’asile qui sont censés avoir des droits. Parmi ceux là le droit fondamental d’être hébergés. Read More

Gap (05) : rassemblement de soutien à la Maison Cézanne, le 20 juin 2017

Avril 2016: une famille à la rue à Gap. Face à cela, le collectif « Un toit, un droit ! » a réquisitionné [Note de Squat!net : en réalité, la Maison Cézanne a été occupée, car la réquisition est un « ordre que donne l’autorité publique de mettre à sa disposition des personnes ou des choses »…] un appartement de la ville de Gap, vacant depuis dix ans.

Par cet acte, nous vous interpellons sur les violations des droits fondamentaux. Nous réclamons des solutions immédiates d’hébergement, quelles que soient l’origine et la situation administrative des personnes : chaque personne a le droit de vivre sans être inquiétée.

Des familles sont en détresse alors que de nombreux logements sont vacants sur notre territoire. Pourtant, notre action ne peut être que transitoire, c’est aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités.

Cette maison n’est pas qu’un simple dortoir, c’est aussi une cuisine, un lieu de ressource, un endroit pour rencontrer d’autres personnes et échanger sur nos situations. Read More

Gap (05): la maison Cézanne est menacée d’expulsion

Nous, collectif « Un toit un droit », avec ou sans papiers, vous informons que la commune de Gap nous assigne au tribunal de Gap le 16 mai au matin, par voie d’huissier, en vue d’une expulsion de la maison Cézanne par jugement en référé.

Cette maison a été réquisitionnée [Note de Squat!net : elle a été occupée, en réalité, car la réquisition est un « ordre que donne l’autorité publique de mettre à sa disposition des personnes ou des choses »…] il y a plus d’un an par le collectif pour trouver une solution d’hébergement à une famille à la rue avec des enfants en plein mois d’avril. Depuis il y en a eu bien d’autres… Car ce lieu n’est pas seulement une maison qui a servi à héberger plus de 80 personnes, dont beaucoup n’avaient aucune solution d’hébergement bien qu’elles soient en droit d’en avoir un. C’est aussi une cuisine, un lieu de ressources, un endroit pour rencontrer d’autres personnes et échanger sur nos situations. Read More