Montreuil (93): perquise et arrestation au 139 avenue du Président Salvador Allende

Arrestation à Montreuil

Ce matin mardi 7 février vers 9h des flics de la 2e DPJ Groupe criminel n°2 du 26 rue Louis Blanc, Paris 10e, sont venus perquisitionner une maison occupée au 139 avenue du Président Salvador Allende à Montreuil.

Ils venaient chercher un des habitant-e-s qu’ils ont emmené en garde-à-vue. Ils ont aussi embarqué un ordinateur, un disque dur, tous les téléphones portables et sûrement divers autres objets. Read More

Montreuil (93): expulsion de l’espace autogéré Salamatane

Expulsion du squat Salamatane, espace autogéré à Montreuil, 119 bis rue de Paris, métro Robespierre.

Encore un espace autogéré ouvert au public expulsé, mercredi matin 18 janvier 2017 vers 10h, dans lequel fonctionnait une bibliothèque associative (des cours de français et d’alphabétisation y étaient d’ailleurs dispensés). Chaque semaine, il était organisé des repas sénégalais à prix libre avec l’exposition d’artistes de divers horizons. Un studio de répétition équipé était mis à disposition pour les musiciens. Read More

Saint-Denis (93): expulsion du bidonville du quartier Allende

Jeudi 5 janvier, les CRS sont venus expulser le bidonville du quartier Allende à Saint-Denis. 300 personnes y vivaient depuis un an, seulement une trentaine de relogements ont été proposés.

Pile au début du « plan grand froid » du gouvernement, censé mettre à l’abri les personnes à la rue. La classe socialiste.

En vidéo ici.

[Publié le 7 janvier 2017 sur Paris-Luttes.info.]

Bagnolet-Montreuil (93): parution de « L’En-Ville » n°2

Le n°2 de L’En-Ville a été édité par le Collectif Prenons la ville en avril 2016 dans la banlieue est de Paris. Sous-titré « Quelques récits de transformations urbaines : Montreuil et Bagnolet », L’En-Ville retrace des histoires de luttes entre janvier 2013 et janvier 2016.

Au sommaire :
– Edito
Le collectif Baras
– Quel avenir pour les habitant-e-s du terrain de la rue de l’Avenir ?
– Monsieur Propre va à la chasse aux pauvres
– Les jardins partagés
– Divers Read More

Saint-Denis (93): refus de la trêve hivernale pour l’Attiéké – tristesse, colère et détermination !

La décision de la juge Capdevielle (du TI de Saint-Denis) est tombée aujourd’hui (lundi 19 décembre) : refus de la trêve hivernale pour l’Attiéké ! Mettre volontairement 40 personnes à la rue en plein hiver (quand la trêve pouvait être donnée sans problème) et mettre fin sans délais à plus de trois ans d’activités et de luttes du centre social, voilà une journée de travail bien remplie pour madame la juge ! Read More

Montreuil (93): violence en réunion par des policiers armés de flashball… les juges confirment

Aujourd’hui [vendredi 16 déc. 2016], le tribunal de grande instance de Bobigny a condamné trois policiers pour violences volontaires avec arme: 15 mois de prison avec sursis et 18 mois d’interdiction de port d’arme pour le gardien de la paix Le Gall, et 7 mois avec sursis et 12 mois d’interdiction de port d’arme pour le gardien de la paix Vanderbergh et le brigadier Gallet. Aucune interdiction d’exercer n’a été retenue malgré les réquisitions du procureur. Read More

Saint-Denis (93): communiqué de l’Attiéké suite au procès

Quelques lignes sur le procès de ce matin…

Aujourd’hui lundi 28 novembre, le centre social auto-organisé l’Attiéké est passé en procès au tribunal d’instance de Saint Denis.

L’Attiéké a demandé l’application de la trêve hivernale, les propriétaires s’y sont opposés.

Le délibéré sera rendu le lundi 19 décembre 2016. Read More

Montreuil (93): gardien de la paix… mon oeil !

Rassemblement ce mercredi 23 novembre 2016 à 18h30, à Montreuil, à l’appel de plusieurs collectifs contre les violences policières.

Dans la semaine du 21 au 25 novembre 2016, trois policiers sont mis en examen avec leurs flashballs au TGI de Bobigny, pour avoir tiré sur le rassemblement de solidarité avec la Clinique expulsée le 8 juillet 2009, en visant les têtes. En quelques minutes, six personnes ont été touchées, et Joachim a perdu un oeil.

Mercredi soir, les collectifs contre les violences policières et des collectifs en lutte aujourd’hui à Montreuil appellent à un rassemblement à 18h30. Read More

Bobigny-Montreuil (93): tou-te-s au procès des policiers et de leurs flashballs !

Dans la semaine du 21 au 25 novembre 2016, trois policiers sont mis en examen avec leurs flashballs au TGI de Bobigny, pour avoir tiré sur un rassemblement le 8 juillet 2009 en visant les têtes. En quelques minutes, six personnes ont été touchées, et Joachim a perdu un oeil.

Dès le lundi 21, rendez-vous est donné au tribunal, comme chaque jour jusqu’au vendredi 25. Et le mercredi 23, un rassemblement se tiendra à Montreuil, place Jacques Duclos (au début de la rue piétonne), à 18h30. Read More

Saint-Denis (93): l’Attiéké bientôt en fête, puis en procès…

Tous-tes à Saint-Denis pour refuser l’expulsion de l’Attiéké !
Après le dernier report, le centre social habité auto-organisé l’Attiéké, se prépare à son dernier procès qui aura lieu lundi 28 novembre (9h) ! Et avant ça, venez fêter avec nous les 3 ans du squat, samedi 26 novembre (15h-00h).

La juge a donné le ton lors de l’audience du 24 octobre dernier au Tribunal de Saint-Denis : le 28 novembre prochain, elle jugera sur le fond et la présence de l’avocate est obligatoire. Read More

Montreuil-Bobigny (93): pas de paix

7 ans après, 3 policiers et leurs flashballs comparaissent devant le TGI de Bobigny.
7 ans après, combien de blessés, de mutilés, de tués par la police ?

La police nous a tiré dessus au flashball le soir du 8 juillet 2009 à Montreuil, alors que nous étions nombreux à manifester suite à l’expulsion de «La Clinique», un lieu d’organisation ouvert sur la ville. Parmi les six personnes blessées, cinq ont été touchées au dessus de l’épaule, précisément là où la police n’est pas autorisée à viser. L’un d’entre nous a perdu un oeil. Fait peu ordinaire, 7 ans plus tard, trois policiers vont finalement être jugés au Tribunal de Bobigny, du 21 au 25 novembre prochain. Read More

Saint-Denis (93): portes ouvertes, manif et procès de l’Attiéké

Depuis trois ans, nous occupons le 31 boulevard Marcel Sembat à Saint-Denis, pour en faire un lieu d’habitation et de solidarité directe, de vie quotidienne et d’organisation politique.

Nous sommes avec ou sans papiers, avec ou sans boulot, avec ou sans logement, du Mali, de Roumanie, de Kabylie, de France, du Burkina Faso, de Catalogne, de Côte d’Ivoire, du Cap Vert, d’Italie… Nous essayons d’avancer ensemble.

Le centre social Attiéké est auto-organisé et indépendant de toute institution, de tout parti et de toute entreprise. Read More

Bagnolet (93) : le collectif Baras bientôt expulsable…

À partir du 26 septembre, le collectif Baras sera expulsable.
Non aux expulsions !

Soirée de soutien au collectif Baras,
samedi 24 septembre 2016 à partir de 19h.

MUSIQUE LIVE & DJ

Mafé & tiep (+ version végane) et autres délices / bissap, gingembre, bière
prix libre

Au squat du collectif Baras, 72 rue René Alazard, à Bagnolet Read More

Saint-Denis (93): vacances d’été, vacance d’humanité

À propos de l’évacuation du campement Wilson à Saint-Denis le jeudi 4 août 2016.

L’expulsion du bidonville de Wilson était prévue depuis le mois de mai 2016, à la suite d’un arrêté pris par monsieur le maire PCF de Saint-Denis, Didier Paillard, pour des raisons d’hygiène et de sécurité. Rappelons qu’à la date de l’arrêté, le bidonville existait depuis un an et demi environ sans que la mairie ait pris le soin de recenser les personnes présentes ou de chercher à résoudre les problématiques qu’elle soulève, comme le montre l’extrait suivant, tiré de l’arrêté : Read More

L’été à Montreuil (93): on expulse!

Vive les vacances ! Fin juillet les braves gens sont sur la plage, les orteils sont en éventail et les Roms sont expulsés. C’est la routine de l’été, ce temps béni pour les coups bas : l’école est close, les instits en congés, restent dans la ville désertée quelques citoyens qui passent devant les Roms expulsés. À Montreuil, en Seine-saint-Denis, onze familles soudain mise à la rue : il n’y a pas de maire de gauche pour les Roms expulsés. Il y a les grues et les pelleteuses qui cassent les habitations, il y a quatorze fourgons de CRS, il y a la violence de l’Etat, il y a les intérêts privés. Trente minutes pour récupérer quelques affaires, un matelas qu’on roule et emporte avec soi mais nulle part où aller : il n’y a pas de relogement pour les Roms expulsés. Read More