Lausanne: Jean Dutoit, rassemblement et communiqué

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN MARDI 22 SEPTEMBRE A 11H A LA ROUTE DE BERNE

Communiqué du 20 septembre 2015 – La Ville de Lausanne a obtenu son feu vert pour nous mettre dehors. Lors de l’audience du vendredi 18 septembre, le président du Tribunal d’arrondissement de Lausanne, Lionel Chambour, lui a donné raison en l’autorisant à nous évacuer. Il nous a laissé quatre jours de ce weekend prolongé pour vider les lieux, d’ici au mardi 22 septembre à midi.

Après avoir tenté de renvoyer le « problème de la migration » aux autorités cantonales, et vice versa, la Ville a laissé la justice décider à sa place, se déchargeant ainsi de toute responsabilité politique dans cette décision. Elle invoque un préjudice économique « catastrophique » engendré par la suspension du chantier de rénovation pour justifier le retour à la rue d’une huitantaine de personnes, à l’approche de l’hiver. Elle parle le langage de l’argent face à des gens qui gèlent sur les bancs publics, et qui n’en peuvent plus d’être traités comme des bêtes. Read More

Lausanne: Audience au squat de la route de Berne 50

Le juge saisi par la plainte civile déposée par la ville de Lausanne contre les habitant-e-s et occupant-e-s de l’ancien collège de Petit-Vennes a décidé de mener l’audience de tribunal sur place, à la route de Berne 50, vendredi 18 septembre à 9h30.

Les migrants sans-abri sont entrés en lutte début juillet dans le jardin du Sleep-In de Renens pour obtenir des conditions de vie digne, et ont occupé l’ancienne école située derrière l’arrêt de métro Fourmi le 30 août sous la pression municipale et policière. Depuis, le soutien ne cesse de s’élargir, mais la municipalité de Lausanne a déposé des plaintes civile et pénale pour remettre plus de 80 personnes à la rue et continuer les travaux qui venaient de débuter. Et selon toute vraisemblance c’est ce que la « justice » va ordonner lors de l’audience de vendredi. Les habitant-e-s et occupant-e-s refusent de partir.
Venez manifester votre soutien par votre présence. Montrons notre solidarité face aux frontières, aux états, à leur justice et à leurs autorités. Read More

Lausanne: Rassemblement de soutien aux habitant-e-s de la route de Berne 50

Après avoir été expulsés du jardin du Sleep-In de Malley par les autorités locales, nous avons décidé d’occuper une ancienne école appartenant à la ville de Lausanne. Nous chasser ne nous fait pas disparaître, mais nous jette à la rue. Nous refusons désormais que cette survie quotidienne soit solitaire et souterraine.

Après avoir été expulsés du jardin du Sleep-In de Malley par les autorités locales, nous avons décidé d’occuper une ancienne école appartenant à la ville de Lausanne. Nous chasser ne nous fait pas disparaître, mais nous jette à la rue. Nous refusons désormais que cette survie quotidienne soit solitaire et souterraine.
Nous sommes des migrants avec des parcours de vie différents, réunis par le fait de ne pas avoir les mêmes droits que les citoyen-ne-s de ce pays : travailler, dormir sous un toit, être indépendants.
Que nous passions par l’asile ou non, notre condition reste la même : l’État nous ordonne de partir et de rester invisibles. Read More

Lausanne: Communiqué du collectif de la Route de Berne 50

Nos revendications sont les mêmes que la plupart des habitant-e-s de ce pays. Travailler, avoir une famille, un logement et s’intégrer dans la société.

Nous sommes actuellement placés dans une situation illégale et marginale, en étant traités différemment que les citoyen-ne-s de ce pays. Comment passer de cette position à une situation régularisée ? Comment accéder à la possibilité de s’insérer dans la société ?
Les structures d’accueil mises à disposition par la Ville de Lausanne déploient beaucoup d’argent et d’énergie pour assister des gens qui sont en pleine possession de leurs moyens et qui veulent travailler. Nous ne voulons plus être assistés. Nous n’avons pas besoin qu’on change nos draps, qu’on règle nos heures de sortie, et qu’on nous rationne en doses de savon et de dentifrice. La seule chose qui nous empêche maintenant de subvenir nous-mêmes à nos besoins est de ne pas avoir les bons papiers, ou de ne pas en avoir du tout. Read More

Renens: Occupation des gens du toit

20150831_Collectif_Jean_Dutoit_occupation_ancien_college_de_Petit_Vennes_RenensLes habitants du jardin du sleep-in devaient quitter les lieux occupés depuis plusieurs mois avant le 30 Août. Face à cette menace, un rassemblement en solidarité avec les migrants a eu lieu aujourd’hui à 17h et l’ex-collège de Petit-Vennes a été occupée. Voici le communiqué du 30 août du collectif des Jean Dutoit. Ils ont besoin de présence toute la journée devant la maison.

Communiqué de presse:
Mesdames, Messieurs,

Les précédents dialogues avec les représentants des autorités de la Ville de Lausanne et de Renens au sujet de l’occupation du jardin du Sleep-In à Renens n’ont mené à aucune solution pour le relogement des ses occupant-e-s. Nous avons donc décidé d’agir par nous-mêmes en occupant le bâtiment sis à la Route de Berne 50, propriété de la Municipalité de Lausanne.
Ce communiqué pour définir notre geste, nous restons à votre disposition pour tout renseignement par le biais de ce mail. Read More

Renens: Des migrantEs dans le jardin du Sleep-In

201507_Lausanne_Renens_des_migrantEs_dans_le_jardin_du_Sleep_InÀ Lausanne aussi, face aux politiques d’hébergement d’urgence insuffisantes, voire dégradantes, les migrantEs s’organisent. Ainsi, 60 à 70 migrantEs sans-abri se sont retrouvéEs depuis plusieurs semaines pour dormir et vivre dans le jardin du Sleep-In (centre d’accueil de nuit pour migrants) à Renens. Voilà ce qu’il s’y passe.

La politique actuelle de la ville de Lausanne en matière d’hébergement d’urgence est insuffisante, voir dégradante et déshumanisante. À cause de la saturation des centres d’accueil d’urgence – Abri PCi (ouvert en hiver), la Marmotte et le Sleep-In, le service social Lausannois, à l’initiative du conseiller municipal Tosato, s’est muni d’un système discriminatoire de réservation des lits aux conditions d’accès de plus en plus restrictives. Ce système met à l écart la majeure partie des personnes ayant besoin d’un toit pour passer la nuit. Read More

Berlin, Berne, Charleroi, Genève, Lausanne, Niš, Poznan, Udine: Plein d’actions en solidarité avec les anti-Copa du Brésil

Dimanche soir, la Coupe du monde de la FIFA se terminait avec la finale opposant l’Allemagne à l’Argentine. Sur le grand écran du stade Maracanã où se jouait la finale, toutes les apparitions de Sepp Blatter, président de la FIFA, et de Dilma Rousseff, présidente du Brésil, étaient accueillies sous les sifflets du public. Même devant la télé, il était facile de s’en apercevoir.

Mais pendant tout ce mois de Coupe du monde, beaucoup de gens n’ont pas passé leur temps (que) devant la télé. Il y a eu pas mal d’actions de solidarité avec les luttes sociales au Brésil, un peu partout dans le monde [1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6]. Ces derniers jours, plusieurs autres actions ont eu lieu: Read More

Lausanne: Perquisition musclée et portes forcées derrière l’espace autogéré

Le mardi 11 février 2014, une intervention de la police judiciaire a ébranlé les pentes du bosquet situé sous le parc de la Solitude, sur l’avenue César-Roux à Lausanne, derrière l’espace autogéré. Des dizaines de flics en tenue d’intervention et plusieurs véhicules pour une perquisition qui visait les quelques personnes qui trouvent refuge dans un abri de fortune derrière le bâtiment depuis environ un mois. Un énième contrôle musclé de la police lausannoise s’inscrivant dans le contexte répressif et discriminant actuel sous couvert de chasse aux trafiquants et hors-la-lois, de préférence étrangers et sans-papiers. La suite des descentes spectaculaires orchestrées à travers la ville depuis que Junod trône sur le dicastère de la police et de la sécurité publique. Vraiment pas de quoi rassurer… Read More

Lausanne: communiqué du collectif TurboMongol

Cela va faire deux mois que le feu collectif TurboMongol a quitté la maison de l’Avenue Ruchonnet, maison que nous avons occupée et dans laquelle nous avons vécu durant plus de deux ans, maison que peut-être vous avez connu. Nous avons cru bon de pouvoir faire confiance à une bande de propriétaires véreux; nous sommes donc parti.es de notre plein gré et avons libéré la maison le 6 janvier 2014, date à laquelle les-dits propriétaires étaient censés commencer des travaux de désamiantage, puis par la suite, démolir la maison afin d’y construire de soit-disant logements ( parce que oui, tu vois, c’est la crise, la crise du logement, tout ça, alors qu’il n’y a point d’autre crise que la nature même du système économique qui régit nos existences quotidiennes, là où les “dirigeants” s’adonnent à une gestion chaotique du chaos, gestion qui évidemment n’a rien de démocratique, qu’on se le dise ). Read More

Bussigny: Communiqué du Porno Diesel, squat de la rue de l’Industrie

Pour la justice, la question est tranchée. Les habitants du squat de la rue de l’industrie vont devoir s’en aller. Cette décision nous semble être en telle opposition avec le bon sens que nous choisissons de prendre position contre elle et de rester en ces lieux. Voici, brièvement, les raisons de ce choix.

Le bâtiment dans lequel nous vivons depuis le mois de juillet de l’année passée, était innoccupé depuis 6 ans. Nous l’avons investi et y avons développé, en plus et autour de notre vie quotidienne, plusieurs activités redonnant une utilité à cet espace; notamment un skatepark, un magasin gratuit et une salle permettant d’acceuillir concerts et spectacles. Read More

Lausanne: Festival de la Loc(A) du 27 au 29 septembre 2013

2013-09_Lausanne_Locamotive_festival-web

Les 27, 28 et 29 septembre, nous organisons un festival pour fêter notre première année d’existence. Read More

Lausanne: Rencontre avec le collectif „La Loc(A)motive“

Nouvelle Info : Depuis le 8 avril 2013, la maison est en danger d’expulsion.
Les habitantEs ont décidé de ne pas partir volontairement et de lutter pour sauver cette maison et les projets qui y habitent. Soutiens-nous si tu peux. De nouvelles informations vont être publiées sous peu.

Contrainfo: Qu’est-ce que „La LOC(A)MOTIVE“?
LOC(A)MOTIVE: C’est un collectif composé par des personnes vivant dans la maison occupée du n° 1 chemin des Chasserons à Lausanne ainsi que les personnes qui s’investissent dans les activités sur place. Read More

Lausanne: Les flics foutent un gros merdier au squat de la Montgolfière

Ci-dessous, un article du site Le Réveil, et deux articles parus dans la presse mainstream suisse:

Lausanne. Les flics foutent un GROS merdier au squat de la Montgolfière

À 8h30 ce matin, les flics sont entrés de force dans le squat de la Montgolfière, situé à l’Avenue Louis-Ruchonnet depuis le 20 novembre 2011 face au refus des habitants de leur ouvrir la porte. Le prétexte : un mandat de condamnation, et un autre, de perquisition/identification suite à une plainte de la propriétaire. Cinq personnes ont été arrêtées, retenues en garde à vue jusqu’à 14h30. Read More

Lausanne: Nouvelle occupation

Lausanne Collectif Turbo Mongol

Une maison vide c’est une maison hantée! Chassons les fantômes! Depuis le samedi 19 novembre, les murs de la maison aux volets bleus de l’Avenue Louis Ruchonnet 36, à Lausanne, ont repris vie! La transformation graduelle des jolies maisons du centre en cages de verre et de béton pour y stocker la population bourgeoise grandissante nous dégoute. Read More

Lausanne: Soirée sur les luttes de classes, la migration et le genre en Chine, le 12 décembre 2010 au squat de la Hache

Dimanche 12 décembre 2010
18h, au squat de la Hache
(St-Martin 25, Lausanne)

LUTTES DES CLASSES, MIGRATION ET GENRE EN CHINE
L’été 2010, une vague de luttes a paralysé les usines chinoises. Les travailleuses et les travailleurs, issus de l’immigration interne à la Chine, ont lancé un mouvement de lutte pour la revalorisation de leur salaire et l’amélioration de leurs conditions de travail, enclenchant par là même un débat politique sur le modèle de production chinois, « usine du monde » des biens de grande consommation.
Read More