Berlin: sur la fermeture de la Kadterschmiede et notre approche des espaces ouverts

Mercredi 25 mars

Nous recevons un appel de notre avocat, qui nous transmet une menace téléphonique de la part des flics. Le contenu de la menace était qu’ils entreront dans le Rigaer94 si la Kadterschmiede n’est pas officiellement fermée. Nous avons alors annoncé, après une courte discussion forcée, via Twitter et sur notre site web, que nous n’ouvririons pas ce jour-là.

Déjà à environ 20 heures, il y avait une dizaine de voitures de flics dans les environs et à la Wedekindwache (commissariat dans le district sud de Friedrichshain), l’équipement lourd de l’unité technique était prêt. Pendant la majeure partie de la soirée, la zone située entre la Rigaerstrasse, la Zellestrasse et la place du quartier a été occupée par les flics et sans le moindre mouvement possible. Devant notre porte se trouvait à nouveau l’unité BP (Brennpunkt- und Präsenzeinheit [1] ). Les médias et les principaux magazines à sensation attendaient également dans la rue dès le début de la soirée.

Quelques jours plus tôt, nous avions publié un texte intitulé « L’auto-organisation en cas d’état d’urgence – Pourquoi nous considérons que les espaces sociaux ouverts sont importants » [2] et nous avions posé des affiches dans les rues. Même si nous sommes toujours politiquement d’accord avec cette affiche, c’était un peu vague à deux égards. Nous n’avions pas non plus pris en compte la réaction de notre ennemi sous la forme de l’État, ni levé toutes les incertitudes concernant les mesures d’hygiène. Ainsi, en l’absence d’une discussion et d’une analyse plus approfondies sur l’ouverture de nos espaces, nous n’étions pas préparé.es à la répression qui allait commencer mercredi. Nous sommes donc tombé.es directement dans notre propre piège car nous n’étions pas en mesure de défendre collectivement une décision que nous aurions pu prendre. Read More

La Haye: Détruire les puissances économiques ! Contre la revente de la ville !

Contre la location de courte durée!

Récemment, nous avons occupé le bâtiment de Waldeck Pyrmontkade 872 à Den Haag-Zeeheldenkwartier. La crise actuelle du coronavirus a non seulement révélé mais aussi exacerbé la pénurie de logements et la faiblesse financière. Les conséquences de la crise sont certainement ressenties par nous, les jeunes adultes.
Les seules choses dont nous disposons sont les contrats flexibles et les loyers temporaires, qui sont source d’incertitude et de stress et n’offrent aucune sécurité.

À l’heure actuelle, il est particulièrement important que chacun.e ait un domicile sûr. Les femmes et les jeunes LHBT+ en particulier, qui sont la cible d’une oppression patriarcale et qui, par conséquent, ont souvent des revenus plus faibles et des emplois précaires, devraient avoir accès à une situation de vie sûre et stable. Même les jeunes qui n’ont pas d’autre choix que d’accepter des contrats « zéro heure » peinent aujourd’hui dans les supermarchés et les services de livraison alors que leur situation de vie est aussi précaire que leurs revenus. C’est pourquoi nous avons pris des mesures.

Le bâtiment est utilisé depuis des années par des organisations de soutien contre la violence domestique et pour l’aide à la jeunesse. Ces organisations ont déménagé en raison du loyer élevé. La propriété a maintenant été achetée par le fonds d’investissement d’Amsterdam RE:BORN real-estate. RE:BORN veut transformer cet ancien immeuble de bureaux en 30 appartements de luxe, avec une formule de location de « courte durée ». De tels appartements sont des maisons où un locataire peut séjourner pendant six mois au maximum. Ces appartements sont donc entièrement destinés aux expatrié.es qui séjournent à La Haye pour une courte période. Eils travaillent souvent dans les multinationales et les organisations internationales établies dans la ville, telles que Shell, KLM, Total, Siemens, ICC, Europol et les nombreuses ambassades. Read More

Bogotá (Colombie): expulsion de plus de 300 squatteureuses dans le quartier de Ciudad Bolívar

Samedi 2 mai 2020, tôt dans la matinée, alors que tout devait se passer pacifiquement, selon les pouvoirs locaux colombiens, la « dialogue » engagé par les autorités avec environ 300 personnes qui squattaient près du parc Altos de la Estancia, dans le quartier Ciudad Bolivar, au sud de la capitale colombienne, s’est transformé en émeute quand les gens ont compris que la conversation « pacifique » était en réalité un ordre d’expulsion… Read More

Leipzig: communiqué sur les occupations fictives du 1er mai

Les occupations du 1er mai dans la Ludwigstraße et dans le Großzschocher étaient des occupations fictives. En raison de la crise du Corona, il fallait s’attendre à une répression policière et à l’interdiction des grandes manifestations de solidarité. Les militant.es ont donc décidé de choisir cette forme d’action symbolique pour attirer l’attention sur le début de leur campagne et pour libérer les forces et les énergies correspondantes. Une chose est claire : les formes d’action symboliques ne resteront pas, le but de la campagne est la création effective d’espaces autogérés et non commerciaux par l’occupation.

L’occupation est nécessaire parce que les gens sont tellement exclu.es de la codécision urbaine que leurs besoins ne sont pas entendus dans la politique urbaine. Tout aussi radicalement que l’industrie immobilière s’empare de la ville, les gens vont reprendre leur vie en ville. Dans chaque métier, les décideurs de la ville et la police sont ouverts à la prise en compte des intérêts des populations ou à leur expulsion directe, se faisant ainsi l’organe exécutif d’une politique de répression de la ville. Read More

Bâle: Un an pour l’Elsi!

Depuis le 11 avril 2019, les maisons de la Elsässerstrasse 128-131 sont occupées. Beaucoup de choses se sont passées cette année, beaucoup de choses ont été construites, peintes, discutées, célébrées, ont été aimées et surtout ont vécu. Nous avons pu vivre de grandes rencontres, des conversations mais aussi des critiques importantes. Nous espérons que l’Elsi pourra vous accueillir à nouveau bientôt, d’ici là nous vous vous donnons quelques nouvelles.

Mise à jour sur l’occupation
Jamais deux sans quatre – c’est notre devise. Parce que ça a marché. Finalement, la quatrième ouverture a été couronnée de succès. Depuis un an maintenant, les maisons sont squattées, avec un espace de vie et un centre autonome. Actuellement, les autorités chargées de la protection des monuments et le conseil gouvernemental sont en train de clarifier si les maisons doivent être classées momument historique. Nous espérons vivement une décision positive, car cela permettrait non seulement de préserver l’une des plus anciennes rangées de maisons de St. Johann, mais aussi une communauté et une plateforme d’échange. Read More

Zürich: Touche pas à Juch! Pas d’expulsion pour l’instant!

Grâce à la pression politique et à la solidarité de différentes parties, nous avons réussi à empêcher pour l’instant les plans de la direction de la propriété d’expulser le terrain de Juch. Ces plans ne sont guère transparents mais plutôt arbitraires. Nous nous en réjouissons et vous remercions de votre soutien. Cependant, il ne s’agit que d’un report d’un mois, jusqu’au 22 mai 2020. Les raisons du secret initial de la ville concernant les plans pour le terrain sont peut-être devenues évidentes maintenant.

Dans un communiqué de presse publié par le Département social de la ville de Zurich le 24 avril 2020, il est indiqué : « En raison de l’exiguïté du chantier, l’entrepreneur général (HRS Real Estate) mandaté par le ZSC est intéressé par la location du site voisin (le terrain de Juch) de la ville pour environ 2,5 ans jusqu’à la fin de la construction pour les installations de chantier.

Deux ans et demi d’installations de chantier au lieu d’un espace de vie et de culture est la pire blague que nous ayons entendue depuis longtemps. Read More

Madrid: le gouvernement expulse La Ingobernable en profitant de l’état d’urgence

Peu importe à qui nous le disons, la réaction est toujours la même. WTF. Le gouvernement s’autoproclamant « du changement » , celui qui prétend être guidé par les revendications des mouvements sociaux, a procédé à une expulsion en ces temps de Coronavirus. Nous n’avions jamais imaginé cette réalité d’enfermement, d’état policier et de restriction de la plupart des activités. Nous ne pouvions pas non plus imaginer qu’au milieu de cette situation, nous découvririons, en promenant le chien, que nous étions expulsés à la sauvette. Nous ne savons pas s’ils ont été plus lâches, plus maladroits ou plus illusoires. Ils ont eu la lâcheté de profiter du fait que le centre social soit vide, et celles qui ont récupéré l’espace sont responsables en restant chez elles, pour sortir de leur propre confinement, enfoncer la porte, enlever les banderoles et changer les serrures. Ils ont eu la maladresse de le faire en engageant des ressources et des forces de sécurité, à un moment où personne ne croira qu’il s’agit vraiment d’une activité essentielle. Et, surtout, ils ont été tellement trompés qu’ils pensent que cela va nous faire disparaître.

Le ministère de la Justice, dirigé par Juan Carlos Campo Moreno, a voulu nous faire croire que cette procédure faisait partie de celles que le décret royal de l’état d’urgence appelle « essentielles pour la protection de l’intérêt général ». Ils se foutent de nous: alors que nous consacrons nos forces et nos capacités à soutenir les travailleurs de la santé en imprimant des masques en 3D ou en soutenant des réseaux dans nos quartiers, ils démantèlent un centre social sans même proposer une utilisation alternative. Ou c’est peut-être la poursuite de cinq années d’abandon et de négligence d’un bâtiment dans l’un des quartiers les plus exclusifs de la capitale. Et ils appellent cela « intérêt général » et « priorité » en temps de pandémie. Read More

Lyon: communiqué de l’intersquats sur la situation en cette période de crise sanitaire

Point sur la situation des squats en période de crise sanitaire.

Depuis des années des squats sont ouverts pour faire face à des situations inhumaines. Nous, habitant.e.s des squats et militant.e.s-soutiens, revendiquons le fait de mettre actuellement à l’abri plus de 1 000 personnes à Lyon et dans ses environs.

Le gouvernement a annoncé la réquisition de 2 000 chambres d’hôtel pour toute la France alors qu’à Lyon seulement, 9000 places seraient nécessaires pour loger les sans-abri.

Dès les premières alertes gouvernementales concernant l’épidémie, les squats ont réagi : diffusions d’informations, explications et affichage des gestes barrières, diffusion des attestations, achat et installation des produits d’hygiène nécessaires à la lutte contre propagation du virus. Ensemble, nous avons organisé leur approvisionnement en denrées alimentaires. Tout cela grâce à la convergence des solidarités. Encore actuellement, la santé des habitants repose essentiellement sur la veille collective des habitants. Read More

Zürich: une autre maison vide occupée

Aujourd’hui, mercredi 22 avril, une autre maison vide a été occupée à Zurich pour offrir aux personnes précaires un logement sûr et une protection contre le virus corona.

La semaine dernière déjà, des personnes proches de nous étaient occupées à atteindre le même objectif. Toutefois, beaucoup de choses n’ont pas changé depuis lors et nos préoccupations demeurent donc. L’état d’urgence frappe encore plus durement ceux pour qui les circonstances étaient déjà difficiles auparavant. Car beaucoup se réjouissent actuellement de l’assouplissement imminent des mesures, se sont isolés ou lancent des phrases de théorie darwiniste sociale ou de conspiration. Les derniers ragots du personnel infirmier se sont calmés et la barrière des cadeaux est vide. Le mot « solidarité » est laissé comme le mot vide en lequel il a dégénéré. Mais il y a encore des gens parmi nous pour qui le confinement a entraîné un stress constant et qui n’ont pas été en mesure de faire face au virus à notre manière, comme le reste d’entre nous. Aux personnes qui ont échappé aux mesures coercitives jusqu’à présent, mais qui ont plus que jamais des difficultés, notre solidarité vous appartient. Une solidarité concrète. Read More

Zürich: mobilisation et appel à la solidarité

Alors que la ville est bombardée par le slogan « Restez chez vous. Je vous en prie. Tout le monde  » la mairie appelle les gens à se retrancher dans leur propre maison, elle donne aux squatters de Juch un ultimatum de 4 jours jusqu’à ce qu’eils quittent les lieux.

Ainsi, dans l’ombre de la crise du Coronavirus, les gen.tes sont chassé.es de chez elles et de chez eux et la liberté culturelle est détruite. Cela se passe sans qu’il soit nécessaire de donner des raisons, d’annoncer les plans ou de montrer un permis de construire. Les dernières semaines ont probablement provoqué quelques rêves humides parmi les autoritées et il n’est donc pas vraiment surprenant qu’un vent violent souffle contre nous en ce moment. Néanmoins, nous restons sans voix face à l’impudence du gouvernement de la ville, qui d’un côté se moque de la solidarité et en même temps impose des mesures répressives complètement contre productives à l’encontre d’un projet de gauche. Samedi dernier, le prétexte du Coronavirus a été utilisé pour tenter de tuer dans l’œuf la manifestation « La sécurité pour tous les réfugiés« , à l’épreuve des pandémies. Bien que toutes les mesures de précaution recommandées par la Confédération soient mises en œuvre, il n’est pas possible dans cette ville de descendre dans la rue pendant une manifestation. Cependant, il semble justifié que le Département social mette les habitant.es d’un squat à la rue sans donner de raison ? Read More

Zürich: menace d’expulsion à Juch

Le 20 avril, nous avons reçu un courrier de la ville de Zürich concernant les utilisations possibles du site de Juch. La lettre du ministère des affaires sociales nous informe que le terrain de Juch doit être préparé pour une utilisation future potentielle à partir du lundi 27 avril. Les travaux de reconstruction et de démolition doivent également commencer le 27 avril. Par conséquent, nous, les squatters et les utilisateur.trices de la zone de Juch, sommes prié.es d’évacuer les lieux avant minuit le vendredi 24 avril. Nous devons nettoyer en quatre jours l’endroit que nous avons contruit pendant six mois.

La ville de Zürich appelle à l’évacuation de la zone avec le slogan « Restez chez vous. Je vous en prie. Tout le monde » la population à rester à la maison. Les personnes qui vivent ici n’ont pas de résidence secondaire. Leur maison est à Juch. Si Juch est évacué, il y aura plusieurs dizaines de personnes qui n’auront nulle part où aller pour se protéger et protéger les autres. Read More

Bretignolles-sur-Mer (85): Expulsion de la Zad de la dune. Face à la fascisation : rage, solidarité, organisation !

Evacuation en plein confinement

Mercredi 08 avril 2020, on nous a expulsé•es de la ZAD de la Dune à Brétignolles-sur-mer. C’était pas une « vraie » expulsion comme ça a pu être relayé dans certains médias [1], mais une opportunité à saisir pour les opposant•es à la lutte, la municipalité et les services exécutifs et répressifs. Une opportunité à ne pas laisser passer pour récupérer le terrain.
Dans la matinée, une altercation a eu lieu entre une voiture de civils et des habitant•es de la ZAD : un chiot meurt écrasé, le ton monte et les gendarmes arrivent rapidement sur les lieux. Un copaine a été embarqué après avoir été tabassé et tasé plusieurs fois et les voitures sont retirées de la route des chicanes.
Aux alentours de 19h30, on s’est retrouvé•es face à un grand déploiement de forces de l’ordre : enquêteurs, escadrons du PSIG, hélicoptère, drone. Très vite on est nassé•es, puis, prétextant un contrôle d’identité général, emmené•es dans différentes gendarmeries du département, y compris celleux déjà en possession de leurs papiers. Nous sommes conscient•es que « posséder des papiers » est un privilège qui n’est pas donné à tout le monde, ce qui n’empêche pas d’affirmer que nous continuerons de dénoncer tous les contrôles d’identités, abusifs par nature, et ici en particulier. Quel besoin y avait-il d’emmener celleux qui étaient en possession de leurs titres d’identité au moment de cette prétendue vérification effectuée sur la ZAD ? Aucun sinon celui de faciliter son démantèlement, en laissant le champ libre à la milice du maire. Read More

Khorramabad (Iran): déploiement de forces et destruction d’habitations dans un quartier pauvre

Le 14 avril 2020, le procureur de Khorramabad, accompagné de nombreux agents répressifs, a lancé un raid sur Falakedine, un quartier pauvre de cette ville pour en détruire des habitations que les habitants miséreux avaient réussi à construire avec des matériaux de base. Les agents se sont mis à frapper les gens qui refusaient la démolition, et dans certains cas ont blessé des personnes âgées alors que des décombres leur tombaient dessus.

Ces habitations détruites appartenaient pour la plupart aux habitants qui lors des inondations de l’an dernier avaient perdu tous leurs biens, maison y compris, et qui s’étaient reconstruit un abri. Ces habitants vivent sous le seuil de pauvreté et ne possèdent pas le minimum de revenus ni de moyens de subsistance. Read More

Madrid: le gouvernement veut expulser La Ingobernable dans les 24 heures malgré l’état d’urgence

Ce mardi 14 avril, nous avons appris par une publication dans le BOE (journal officiel) que le ministère de la justice nous donnait 48 heures pour quitter le nouvel espace occupé par La Ingobernable dans la rue Alberto Bosch nº 4.

La date limite est aujourd’hui. Et nous ne sommes pas seulement confrontés à une nouvelle démonstration du manque absolu d’intérêt pour le dialogue entre ce ministère et le ministre Juan Carlos Campo, mais aussi à un usage particulier du droit d’une administration qui a décidé que sa priorité au milieu du confinement est de reprendre un processus tel que l’expulsion de La Ingobernable, en omettant même le droit d’allégation, tout cela pour priver Madrid d’un espace autogéré. Dans ce cas, il y a plusieurs raisons pour lesquelles il nous semble être un décision particulièrement minable.

Premièrement, nous ne pouvons pas comprendre, même de loin, comment ce gouvernement a fixé comme priorité, dans le contexte actuel, la reprise du processus administratif d’expulsion de ce centre social. Un lieu qui, comme nous l’avons déjà défendu dans notre précédent communiqué, sera essentiel, comme le reste des centres sociaux, pour le scénario post-confinement. Read More

Liège: Food Not Bombs et violences policières

Ce dimanche 12 avril, une intervention policière particulièrement violente a eu lieu lors de la distribution hebdomadaire de nourriture Food Not Bombs, qui est un espace-temps où se réunissent des personnes pour la préparation et la distribution de nourriture gratuite à tout.e.s celleux qui en ont envie/besoin.
Depuis plusieurs années, Food Not Bombs offre un espace de solidarité et de liberté, non seulement pour la distribution de repas végan mais également un moment de partage et d’échange s’opposant aux dogmes capitalistes. Se réappropriant l’espace public comme lieu de vie et d’interaction, la distribution se déroule généralement sur l’esplanade St. Léonard.
Vu les conditions particulières liées aux COVID-19, le CC Kali a mis depuis 4 semaines à disposition ses locaux afin que les règles d’hygiène et de confinement puissent être respectées.
C’est donc en face de ce lieu que s’est déroulé l’altercation dimanche dernier. Read More