Caen: appel de l’assemblée de défense du Marais

Le mardi 22 octobre, le Marais, squat d’habitation et de convergence des luttes ouvert depuis un an et demi à Caen, a été pris d’assaut par un important dispositif policier. Plus de 250 membres des forces de répression ont été mobilisés pour expulser ce lieu, symbole de la lutte pour l’accueil solidaire de toutes les personnes en exil. 250 c’est aussi le nombre de personnes qui vivaient au Marais et sont aujourd’hui sans solution de logement pérenne, et ce à une semaine de la trêve hivernale. La préfecture se vante d’assurer la « sécurité » des personnes en évacuant le Marais, mais elle ne dit pas que seule une soixantaine de personnes auront droit à un logement provisoire, pour 3 nuits maximum. Ce sont donc 250 personnes qui ont déjà rejoint ou rejoindront les centaines d’autres dormant déjà à la rue – dont de nombreux enfants – et ce malgré les squats encore ouverts à Caen. Read More

Caen: après l’expulsion du Marais, la lutte continue!

Mardi 22 octobre, la préfecture du Calvados a procédé à l’expulsion du squat du Marais où 250 personnes avaient élu domicile depuis avril 2018. Ce lieu a été ouvert grâce à une convergence de la CGT Enedis, de personnes non encartées et de l’Assemblée Générale de lutte contre toutes les expulsions. De nombreux collectifs s’y étaient investis : l’AG convergences, l’école nomade, les gilets jaunes, le fournil du marais, le café des images, etc et avaient fait vivre ce lieu. Il a été aussi marqué par le passage de no-borders qui ont participé activement à l’impulsion d’une vie collective.
La menace d’expulsion du lieu avait provoqué le départ anticipé d’une majorité des habitantEs. Mardi, dès 6h du matin, un important dispositif policier (police aux frontières, RAID, Gendarmerie mobile, police nationale, BAC) nous a expulsé manu-militari et de manière expéditive. 81 habitantEs ont été parqués dans un hangar du site dans le but de les trier selon les critères subjectifs de la DDCS : 7 personnes ont été enfermées en Centre de Rétention Administrative (CRA) à Oissel (près de Rouen) et à Rennes, une famille de 5 personnes a été assignée à résidence en vue d’une prochaine expulsion, 41 personnes ont été placées à l’hôtel pour 3 nuits, et 28 dans des foyers d’hébergement d’urgence de manière très temporaire (une seule nuit dans certains cas). Et les dizaines de personnes qui avaient quitté le Marais avant l’expulsion, n’ont pour la plupart trouvé des solutions qu’à très court terme. Read More

Berlin: expulsion du squat Teppich Fabrik

Dans la matinée du 15 août 2017, environ 200 flics anti-émeutes et les forces spéciales du SEK (Spezialeinsatzkommando) ont expulsé le squat Teppich Fabrik, qui avait été ouvert il y a plusieurs mois dans le quartier de Friedrichshain.

Plus d’infos, en anglais, ici.

Rennes: expulsion de la Maison du peuple

Ouverte le 1er mai dernier par le mouvement contre la loi Travail, la Maison du peuple a été expulsée par la police dans la matinée du vendredi 13 mai, avec le RAID en guest-stars…

Dès 6h30, la police intervenait malgré la présence de plusieurs dizaines de manifestant-e-s venu-e-s soutenir les occupant-e-s. A l’intérieur, les CRS n’ont pas fait de détail: ils ont tout pété. Plusieurs personnes étant montées sur les toits pour empêcher l’expulsion, le RAID est intervenu à l’aide d’une grue située sur un chantier tout proche (!) et d’une nacelle des pompiers. Une personne a été interpellée. Read More

Renens (Lausanne): les maisons de la rue de l’Avenir expulsées

Qu’il se dise d’extrême gauche ou d’extrême droite, le pouvoir reste le pouvoir. La « ville rouge » jette des dizaines de personnes à la rue pour planter un champ de tournesols.

Mercredi 30 mars à cinq heures du matin, nous avons été expulsé-e-s. Dans le silence de la nuit, quand personne ne peut voir, à l’abri des regards, lorsque tout est permis. Nous le savions depuis quelques jours, l’expulsion était imminente. Pourtant, on n’arrive toujours pas à le croire. On n’arrive pas à croire que la rue était bouclée, remplie de fourgons, et que c’est le DARD, boucliers, armés, qui est venu nous réveiller. Read More

Lille: expulsion de deux squats à Moulins ce matin

Tandis que la BRI anti-commando se fait la main sur des squatteur-euse-s à Montreuil quelques jours avant d’aller dessouder les tarés de Daesh au Bataclan, le RAID expulse des squats à Lille. Et autant on n’avait jamais eu connaissance d’interventions de la BRI anti-commando sur des expulsions de squats, pour le RAID c’est loin d’être une première. Rien à voir, donc, a priori, avec l’actuelle période d’état d’urgence…

L’article de La Voix du Nord donne toutefois à voir une équipe du RAID sur un pick-up, en mode commando anti-terroriste, juste pour expulser quelques squatteur-euse-s… Read More

Montreuil (93): récit de l’expulsion du 6 rue de la Renardière

AUCUNE EXPULSION N’EST « NORMALE »

Le squat du 6 rue de la Renardière, à Montreuil, a été ouvert en mars dernier par quelques personnes qui avaient besoin d’une maison, l’envie de vivre à plusieurs et de ne pas dépenser des fortunes chaque mois pour se payer quelques mètres carré. La maison était à l’abandon depuis plus d’un an, mais comme souvent, dès qu’elle a été habitée, la propriétaire s’est empressée d’essayer d’expulser les occupant-e-s. Lors du procès pour demander l’expulsion, elle est allée mentir sans aucune honte sur ses intentions, en prétextant vouloir loger sa mère dans la maison, alors que dans le quartier tout le monde savait que son projet était de faire détruire la maison et faire des thunes en construisant un immeuble de locations, notamment avec la perspective d’une flambée des loyers avec l’agrandissement de la ligne 11 du métro. Sans surprise, les juges ont décidé de l’expulsion des squatteur-euse-s. Read More

Namur: grosse intervention policière et arrestations pour couper l’élec au Caracole

Un petit retour sur les événements d’aujourd’hui [24 sept. 2014] au Caracole-Neur, lieu occupé à Namur.

Ce matin, deux travailleurs d’ORES sont venus toquer à la porte du Caracole. Ils voulaient voir le compteur. Les occupants n’ont pas voulu leur ouvrir la porte. Suite à cela ils nous ont menacés de venir couper l’électricité mais ils ont été vite refroidis par un déluge d’eau. Read More

Bègles (33): Le GIPN pour expulser et raser un squat

squat_toujours_on_continue

Communiqué des anciens occupants du squat Rat Fist All de Bègles.

Le Rat Fist All s’est fait EXPULSER vendredi 13 juin. Dès 6h du matin une 20aine de camions de flics étaient devant le squat ainsi que le GIPN qui est monté sur les toits les armes en main. Nous étions 5 et eux plus de 150 entre les démolisseurs, les déménageurs, les forces de l’ordre…

Les flics et les huissiers nous ont mis la pression pour partir au plus vite. La pelleteuse démolissait les bâtisses et les arbres à mesure qu’on essayait de récupérer nos affaires. Aucun panneau de permis de démolition n’avait été posé et laissé 2 mois avant la démolition comme le dit la loi. Les compteurs électrique et eau n’avaient pas été coupés. Aucune mesure de sécurité n’a été prise. Les bâtisses contenaient de l’amiante. Read More

Lyon: Le GIPN expulse des familles roms, les soutiens violemment réprimés

Depuis deux mois, une cinquantaine de Rroms, avec enfants et nourrissons étaient hébergés au 71 quai Perrache, 2e arrondissement, siège de l’université populaire autogérée « Ô château dans le Ciel ! ». Ces familles étaient à la rue suite à leur expulsion de « Chez Rita », le 19 septembre 2013 (1 rue du Repos, 3e arrondissement). Après avoir reçu dans la semaine un commandement de quitter les lieux, avec expulsion confirmée par Maître Françoise Bonnefoi-Lanfrey, huissier de Justice, avec l’autorisation avérée du recours à la force publique par le Préfet J-F Carenco à partir du jeudi 28 novembre, dès 6h du matin. Read More

Lyon: Les occupant-e-s de Décines contre l’OL Land expulsé-e-s par le GIPN

La ZAD de Décines contre l’OL Land expulsée par le GIPN ce matin !

Ils auront fait vite ! Après le passage de l’huissier [le 2 septembre] sur la butte de Décines, la police [a déjà expulsé] les occupants contre le projet du stade OL land.

Ce matin, mardi 3 septembre, la police est en train d’expulser la butte de Décines.
Les journalistes ne peuvent pas monter voir ce qui se passe.
La plupart des gens ont déjà été évacués.
Restent quelques personnes dans des arbres. Read More

Lyon: Expulsion « Ô Chateau dans le ciel »

Une quinzaine de personnes qui squattaient depuis trois mois un bâtiment du CROUS sur le campus de la Doua, le transformant en « université populaire », ont été expulsées par la police jeudi matin [4 avril 2013]. La justice avait ordonné cette expulsion fin février. Read More

Marseille: fin du Tableau Noir, début de…?

La_Tableau_Noir_Marseille

Le Tableau Noir n’est plus, après six mois, plus vécus comme six ans pour nous, c’est fini.

Les faits : expulsables à n’importe quel moment à partir du 16 mars nous avions déménagé la plupart de nos affaires et attendions l’arrivée de la police sous peu.
Première alerte le mardi 19 mars, 6h30.La moitié de l’équipe dormant dans notre nouveau lieu (plus de nouvelles sous peu), on arrive devant à 7h et constatons qu’il n’y a plus de policiers sur place…Pourtant 10 minutes auparavant il y avait un fourgon de gardes mobiles et des hommes devant en tenu de combat, flash balls à la main…
Nous évacuons donc nos dernières objets personnels et on s’installe pour les attendre, une partie d’entre nous devant attablé avec du café, d’autre à l’intérieur du bâtiment. Vers 15h une personne vient nous avertir : son amie qui bosse au tribunal l’a prévenue qu’ils allaient arriver en force « pour donner une leçon ». Read More

Montpellier: Expulsion immédiate d’un nouveau squat par le GIPN

Vendredi 15 mars 2013, les flics habituels et la section Cobra 13 du GIPN de Marseille ont effectué une expulsion immédiate sur un squat récemment ouvert au 8 avenue Lepic, à Montpellier.

Ci-dessous, l’article du Midi libre, daté du 16 mars, qui relate les événements, à base d’informations policières:


Montpellier : la police expulse une douzaine de squatteurs Read More

Montpellier: Communiqué suite à l’expulsion du Local d’Expression Populaire

Le 22 février à 18 heures, s’est déroulée dans le quartier Figuerolles sur le Plan Cabane l’ouverture
d’un Local d’Expression Populaire. Une soixantaine de personnes ont rejoint une dizaine de militants qui occupaient depuis une semaine un bâtiment désaffecté et inutilisé appartenant à la SERM (Société d’Équipement de la Région Montpelliéraine). Read More